Le missionnaire qui a fait Techouva et est devenu thérapeute pour les victimes de la mission

10/03/2020
Daniel et Rav Yoav Robinson, à la Yeshiva Chabad à Ramat Aviv

Daniel Attia est né au Moshav Yatsits à côté de Rehovot. Au début de son adolescence, il a commencé à se poser des questions et à interroger son entourage immédiat sur l’essence du monde, sur le rôle auquel il était destiné et sur la vie elle-même. Ses parents et ses enseignants n’ont pas répondu adéquatement à ses questions et il a commencé à chercher lui-même les réponses.

En cherchant sur le Web des mots de base comme « âme », « essence », « juif » etc, il est tombé sur des sites de la mission chrétienne qui lui ont présenté leur fausse théologie, enrobée de judaïsme, sans qu’il se rendre compte que c’était une arnaque dangereuse.

Ce n’est que de nombreuses années plus tard que Daniel a appris que la plupart des explications fournies par les missionnaires provenaient de la Torah et de nos Sages, mais à cette époque, il voyait les sites de mission chrétienne comme la réponse exclusive à ses questions et à ses doutes.

A force de s’imprégner de leur enseignement, il a bu jusqu’à la lie la coupe de poison chrétien et a commencé à croire au « Nouveau Testament » et à « l’homme en question » (Yechou). « Les missionnaires ont présenté cela comme un package », a dit Daniel avec amertume se remémorant les manipulations exercées sur les sites et dans les églises missionnaires qu’il a visité, et qui se présentent comme des communautés juives.

Ses parents inquiets, qui avaient compris dans quel abîme leur fils dégringolait, ont essayé de lui faire rencontrer des rabbins, mais ces conversations menaient très rapidement à l’affrontement. Daniel qualifiait leurs déclarations de préjugés mensongers.

Les années ont passé, Daniel a grandi et est devenu un homme. Il a décidé de quitter son emploi dans une usine de revêtement d’aluminium située dans la ville où il résidait pour un travail moins stressant. Dans ce cadre, il devait former un autre jeune homme de la localité, nommé Lidor, qui allait le remplacer.

La formation a duré un mois et demi et tous deux sont devenus amis. « Lidor était un homme religieux – il arborait une kippa, des tsitsit et une barbe. De temps en temps, il me demandait pourquoi on ne me voyait pas à la synagogue, et je lui ai expliqué que je ne me sentais pas vraiment concerné. Un mois et demi plus tard, alors que la passation de poste touchait à sa fin, j’ai senti que nous étions devenus des amis proches et lui ai dit que je m’étais désengagé du judaïsme et que j’étais désormais chrétien à tous points de vue. Pour lui prouver que j’étais sérieux, je lui ai montré que sous ma chemise je portais une chaîne où pendait une croix … »

« A ma grande surprise, Lidor m’a dit que trois ans plus tôt, avant de revenir à la Torah, il était adepte de la secte chrétienne « les Juifs messianiques  » dont j’étais actuellement membre. Lidor m’a raconté son cheminement, le moment où il s’est rendu compte que c’était un mensonge total et son départ de la secte avec l’aide de l’organisme Yad Lea’him. Il m’a proposé de les rencontrer pour un entretien théologique afin de m’expliquer plus en détail mon erreur.

« Je n’y ai pas vu d’inconvénient », poursuit Daniel dans son histoire, « parce que j’étais sûr que je réfuterai tous les arguments des Rabbanim qui accepteraient de me parler. »

Ce même soir, Daniel a rencontré le Rav Yoav-Ze’ev Robinson de Yad Lea’him pour une conversation qui a duré près de six heures, et de laquelle il est ressorti choqué.

« Toutes mes cartes gagnantes et les arguments avec lesquels j’avais malheureusement pu convaincre d’autres Juifs par le passé ont volé en éclat. J’ai reçu une réponse rapide à chacune de mes explications sur le sujet. Le Rav Robinson, qui connaît très bien le Nouveau Testament, m’a montré un à un tous les mensonges, les contradictions et les falsifications qu’il contient. Le sol s’est écroulé sous mes pieds. Je me suis senti trompé et j’ai demandé du temps pour réfléchir ».

La nuit suivante, et celle d’après, les deux hommes se sont rencontrés à nouveau pour des discussions théologiques approfondies et des explications sur l’essence du Juif, sur la Torah et la loi orale. Après près de trois nuits d’insomnie, Daniel a réalisé qu’il vivait dans le mensonge et a annoncé qu’il voulait revenir au sein du peuple d’Israël.

«À la fin de la troisième nuit, j’ai complètement perdu foi en tout ce que j’avais appris pendant près de vingt ans. À ce moment critique, le rabbin Yoav s’est approché de moi avec un livre ouvert et m’a demandé de lire. C’était le début du « Sefer HaMitsvot » (livre des commandements) de Maimonide dans lequel ce dernier énumère le processus halakhique: « Moshe a reçu la Torah du Sinaï et l’a transmise à Joshua et Joshua aux anciens » … A ce moment-là, j’ai fondu en larmes. Quelque chose venait d’imploser en moi. Des sanglots de tristesse pour ces années perdues et mon immersion dans le christianisme d’une part, et des cris de repentir et de réveil d’autre part. À ce moment, j’ai décidé de prendre un virage à 180 degrés dans ma vie et de laisser le Rav Yoav me guider et m’accompagner  dans le domaine spirituel ».

Deux semaines plus tard, Daniel a intégré une yeshiva à Tel Aviv, où il étudie depuis l’aube jusqu’à tard le soir la Torah et la hassidout.

Cette semaine, deux ans après son entrée à la yeshiva, un nouvel événement a révolutionné sa vie. Daniel a estimé qu’il était suffisamment mature et a demandé au Rav Robinson la permission d’intégrer le département de lutte contre la mission pour aider, lors de réunions, des Juifs tombés comme lui dans les filets de la mission, pour leur parler et leur expliquer leur erreur.

En début de semaine, Daniel a été appelé à intervenir et a rencontré un juif âgé happé par une secte chrétienne. Le chemin de ce Juif vers le judaïsme est encore long, mais à la fin de leur première rencontre, l’homme a accepté d’emporter avec lui de la documentation de Yad Lea’him, dans l’espoir qu’il reviendra bientôt vers le judaïsme, vers le Dieu d’Israël.