Confié à une famille chrétienne pendant la guerre pour échapper aux nazis, l’enfant juif devenu prêtre raconte son histoire

25/01/2022

L’ancien pasteur Jacob Wexler a donné une conférence passionnante qui a captivé tous les militants de l’organisme Yad Lea’him. Né Juif, il est revenu à ses racines à un âge avancé

Près d’une centaine de militants des Départements de lutte contre la mission et de lutte contre l’assimilation de Yad Lea’him ont récemment assisté à une conférence spéciale donnée par l’ancien pasteur Jacob Wexler, qui leur a raconté son histoire et les a encouragés à continuer à œuvrer en faveur des Juifs qui comme lui se sont retrouvés d’une manière ou d’une autre dans le giron du christianisme et y ont abandonné leurs racines.

L’histoire de Mr Wexler a commencé il y a 79 ans dans le ghetto de Svencionys, à 70 kilomètres au nord de Vilnius, la capitale de la Lituanie. Il y est né au milieu de la Seconde Guerre mondiale. Alors qu’il n’était âgé que de quelques mois, sa mère l’a confié à une famille chrétienne pour le protéger. Peu de temps après, ses parents sont morts, exterminés par les nazis.

Trente-cinq ans plus tard, alors qu’il était déjà prêtre de l’église de Lublin, sa mère adoptive lui a révélé pour la première fois qu’il appartenait au peuple juif et lui a parlé de ses parents qui avaient été assassinés pendant la Shoah.

Il y a 14 ans, Yaakov a décidé de quitter la Pologne et de s’installer en Israël. Pendant plusieurs années, il a continué à suivre les préceptes du christianisme, mais peu à peu, il a commencé à croire au Dieu d’Israël et même à respecter les Mitsvot. Yad Lea’him l’accompagne dans cette voie depuis des années maintenant.

A l’occasion de la conférence trimestrielle des militants de terrain du Département de Lutte contre la mission de Yad Lea’him, l’organisme a décidé d’inviter Yaakov et de lui demander de raconter son histoire.

Une trentaine de femmes travaillant au sein des Départements de lutte contre la mission et l’assimilation ont également assisté à la conférence et pendant deux heures entières, Mr Wexler a raconté son histoire fascinante, s’interrompant de temps à autre pour essuyer les larmes d’émotion qui faisaient briller ses yeux.

Il a raconté les souffrances et le harcèlement qu’il a subis à l’école polonaise parce qu’on le soupçonnait d’être Juif, son éducation catholique, ses études religieuses, le choc qui a violemment secoué sa vie lorsqu’il a appris qu’il était Juif et les doutes qui ont commencé à le tarauder des décennies plus tard.

Avec beaucoup d’émotion, Yaakov a partagé avec ses auditeurs la décision qu’il avait prise en son for intérieur d’abandonner son travail de prêtre et d’immigrer en Terre Sainte, la crise d’identité qui l’a frappé après son aliyah et son retour sincère vers la foi de ses ancêtres au cours de ces dernières années.

La conférence a fasciné tous les membres de l’organisme et leur a prouvé à nouveau la véracité de la devise sainte et éternelle qui est la leur :  » On ne renonce à aucun Juif « .

Le porte-parole de Yad Lea’him a déclaré : « Nos employés, qui se trouvent en permanence face à des situations inhabituelles, des cas difficiles de Juifs qui selon toute évidence sont perdus à jamais pour le peuple d’Israël – ont vu de leurs propres yeux la puissance de l’âme juive et ont réalisé une fois de plus que rien n’est jamais vraiment perdu. Nous devons garder sans cesse à l’esprit que chaque Juif finira par retrouver ses racines « .

À la fin de la conférence, Mr Wexler a chaleureusement salué les militants et a déclaré avec émotion :  » J’ai été heureux de vous rencontrer et encore plus d’apprendre qu’il existe un organisme qui se bat pour les Juifs qui sont dans la situation impossible dans laquelle je me trouvais. Grâce à vous, ils n’auront pas à faire ce chemin tout seuls. Ils doivent revenir à leurs racines pour le bien de leur âme « .