Pour la première fois, nous avons célébré les fêtes en tant que Juifs

04/10/2021

Ce mois de fêtes a été la toute première occasion pour des dizaines de femmes juives qui ont été sauvées l’année dernière par Yad Lea’him, après avoir été détenues pendant de nombreuses années dans des villages arabes, certaines cachant leur identité juive et certaines s’étant converties à l’islam et élevant leurs enfants en tant que musulmans, d’exprimer ouvertement leur judéité.

Leur étincelle juive s’est allumée à Roch Hachana, à Yom Kippour, ou encore, à Souccot. Certaines n’ont ouvert les yeux qu’à Sim’hat Torah – mais c’est l’émotion qu’elles ont ressenti à se rapprocher de Dieu qui les a réunies, la joie de se sentir à nouveau membre du peuple juif en ôtant une à une les couches de poussières qui obscurcissaient leur âme.

Les réactions chaleureuses qui sont parvenues aux bureaux de Yad Lea’him étaient pleines de joie et de gratitude.  » Hier, j’ai touché un Sefer Torah et j’ai pleuré. J’ai demandé que ma vie change du tout au tout « , a écrit l’une d’entre elles, qui fait face à un procès pour l’avenir de ses enfants. « Je veux revenir et allumer les bougies de Shabbat « , a écrit une autre. « Je me suis sentie étouffer et j’ai pleuré pendant toutes la fête de Yom Kippour. J’ai senti que c’était ici ma vraie place « , a témoigné une troisième.

L’histoire la plus émouvante est sans aucun doute celle d’une femme juive qui a été sauvée d’Hébron l’année dernière après 15 ans de souffrance et qui a récemment réussi à fonder un foyer juif casher avec un Juif qu’elle a rencontré. Elle a célébré la fête avec lui et ses cinq enfants.

Dans un message enthousiaste envoyé à l’assistante sociale de l’organisme qui l’accompagne pas à pas, elle a écrit :  » Je me suis sentie plus heureuse que jamais. La plupart du temps, nous nous concentrions avec les enfants sur les expériences du judaïsme. Nous n’avions jamais eu notre propre soucca, je ne réalise toujours pas que j’ai eu la propre soucca strictement casher, pleine de chaleur et d’amour. Ce fut une expérience extraordinaire et nous avons insisté pour ne manger que dans la soucca pendant toutes la fête. Je remercie Dieu pour chaque jour que j’ai reçu en cadeau « .