Insolite : une ‘hanoukia en territoire ennemi

Une 'hanoukia en territoire ennemi

C’était un appel inhabituel même pour les militants de Yad Lea’him. A l’autre bout de la ligne,  A., un jeune Juif vivant dans un état ennemi. Il a fourni peu d’informations personnelles, mais les membres de l’organisme ont appris qu’il était officier dans l’armée locale.

Dans le cœur d’A, une flamme s’était allumée, une aspiration au judaïsme. Mais naturellement, il se devait de garder sa judéité secrète et ne pas trahir son identité, par peur de représailles. Il a commencé à maintenir un contact continu  avec l’organisme Yad Lea’him, qui lui a fourni de l’aide, des informations et des conseils pour mener une vie juive .

Les relations entre le Rav Yossef de Yad Lea’him et A. se sont progressivement tissées, ce qui leur a donné le temps de surmonter la méfiance mutuelle qui existe entre deux étrangers vivant dans des États ennemis. Afin de vérifier la véritable identité d’A., le rabbin Yossef a pris contact avec une de ses connaissances vivant dans le nord d’Israël, et ce n’est qu’alors que les deux hommes ont pu parler ouvertement.

La relation transfrontalière s’est resserrée lorsqu’ A. a posé des questions sur les problèmes halakhiques qu’il rencontrait. Le Rav Yossef  l’a même aidé à déterminer l’heure d’allumage des bougies de Hanouka. Dans leur dernier échange de lettres,  A a déclaré qu’il avait allumé les bougies de Hanouka à l’intérieur de sa maison. Puis il a demandé au Rav Yossef: « Mon frère, comment faites vous en Terre Sainte, en Israël? Il a poursuivi : « Pouvons-nous parler par téléphone de la Sainte Torah? »

Le Rav Yossef a déclaré d’une voix tremblante d’émotion : « A. et sa famille vivent vraiment comme des personnes converties de force, nous avons entrepris des recherches approfondies pour vérifier leur judéité et leurs racines juives et nous avons découvert une famille qui a fait beaucoup pour préserver son identité malgré les grandes difficultés et les dangers. Certains membres de sa famille ont autrefois été assassinés « al kiddouch Hachem » (en sanctifiant le nom de D.)

La fête de ‘Hanouka a réservé une belle surprise aux membres de l’organisme. A. a photographié la ‘hanoukia avec laquelle il a  allumé les bougies, avec dévouement et en grand secret, et a envoyé la photo à son ami le Rav Yossef. « Nous avons été très émus », a déclaré le Rav Yossef, « de constater que les lumières juives brûlent partout dans le monde. Cela prouve que la flamme du peuple juif ne s’éteindra jamais. Nous espérons qu’à l’avenir, A. et sa famille pourront célébrer Hanouka avec nous, avec tous nos frères, ouvertement et sans crainte. Nous déployons tous nos efforts dans cette direction.