Yad Lea’him lutte aux frontières de la Moldavie contre les missionnaires qui traquent les réfugiés juifs

30/03/2022
" Attention, missionnaires! ". Le tract distribué par les militants aux frontières en langue ukrainienne

Les hommes de Yad Lea’him mènent actuellement une guerre défensive et momentanée contre l’importante activité missionnaire à la frontière entre la Moldavie et l’Ukraine visant à profiter du sort des Juifs fuyant l’Ukraine bombardée pour les convertir au christianisme.

Suite à des informations très claires parvenues au département de lutte contre la mission de l’organisme selon lesquelles les missionnaires chrétiens ont envoyé des représentants en leur nom à la frontière avec l’Ukraine pour localiser les Juifs, les aider et les amener à devenir membres d’églises dans le pays, avec toute la signification destructrice et dangereuse que cela implique – Yad Lea’him s’est empressé d’unir ses forces avec la communauté juive dans le but de freiner ce phénomène.

Le Rav Mendi Axelrod, l’un des cinq émissaires Habad en Moldavie, qui est également le rabbin de la Grande Synagogue de Kishinev, s’est empressé de prêter main forte à Yad Lea’him pour localiser les réfugiés juifs d’Ukraine séjournant dans le camp de réfugiés installé par la communauté Habad de la ville et leur demander leur aide. Dans ce cadre, des militants se rendent quotidiennement aux deux principaux postes frontaliers entre l’Ukraine et la Moldavie – Planka au sud du pays près de la grande ville portuaire d’Odessa, et Ataki au nord en face de la ville ukrainienne de Moguilev-Podolsk.

Les hommes de Yad Lea’him font la queue tous les matins aux frontières, s’installent près des baraques des missionnaires et s’entretiennent avec chaque réfugié pour les mettre en garde les Juifs contre les missionnaires et leurs intentions trompeuses.

Au poste frontière de Palanka, un missionnaire américain explique en toute innocence à un militant de Yad Lea’him ses activités criminelles et celles de ses acolytes.

En parallèle, les réfugiés juifs fournissent aux militants les coordonnées des nouveaux arrivants qui sont transférées rapidement et en toute sécurité à la communauté juive du pays, qui fera en sorte de les intégrer de manière optimale, ainsi qu’au siège principal des bureaux de Yad Lea’him en Israël pour garder le contact avec eux.

Dans ce cadre, Yad Lea’him a édité un dépliant d’avertissement en ukrainien qui explique le danger de la mission et qui avertit les réfugiés que selon la loi israélienne, les adeptes des sectes missionnaires n’ont pas droit à la citoyenneté israélienne en vertu de la loi du retour.

Au cours des dix derniers jours, des centaines de Juifs ont grâce à D. réussi à échapper aux griffes de la mission chrétienne.

Le porte-parole de Yad Lea’him a déclaré : « C’est une guerre très difficile. Face à nous, des dizaines de missionnaires déterminés dotés de budgets inépuisables qui profitent du fait de se trouver dans un pays à majorité chrétienne. Mais nous nous en tenons plus que jamais à notre devise : « On ne renonce à aucun Juif » et nous combattons sans relâche ».

Il a ajouté :  » La lutte contre les missionnaires ne s’arrête pas au sol européen. Comme nous l’avons révélé il y a peu, en Israël, les missionnaires ont réussi a détourner plusieurs familles juives ayant fui l’Ukraine et prévoient d’organiser un baptême de masse à la veille de la fête de Pessa’h. Nous sommes en contact étroit avec les services sociaux des différentes villes et mettons tout en œuvre pour que les missionnaires ne traquent personne ici. Nous exhortons le public à être vigilant et à aider, chacun autant qu’il le peut, à l’intégration des immigrés et à leur apporter une assistance physique et spirituelle afin qu’ils ne tombent pas dans les griffes de la mission ici en Israël ».

Des chasseurs d’âmes. Les missionnaires se tiennent du côté moldave de la frontière et traquent des réfugiés innocents