Les terreurs nocturnes de l’enfant ont disparu grâce à ses rencontres avec son tuteur

09/05/2012

C’est toute tremblante d’émotion qu’une rescapée de Yad Lea’him a téléphoné cette semaine aux bureaux de l’organisme.

Cette femme a été délivrée avec ses enfants de la bande de Gaza voici trois ans et demi. Elle a raconté à son interlocuteur que son fils de dix ans, inscrit dans le nouveau projet de tutorat aménagé par l’organisme, a terriblement souffert dans le passé de la violence de son père arabe et a malheureusement été témoin des sévices dont elle-même avait été victime.

En conséquence, l’enfant souffre de terreurs nocturnes qui troublent son sommeil. Des images horribles de sa vie à Gaza le hantent dès qu’il ferme les yeux ; il a très peur que son père, qui vit toujours là-bas, revienne et le maltraite à nouveau.

Le tuteur a été mis au courant de la situation de l’enfant, de ses problèmes de sommeil et de ses craintes. Il a rencontré le garçon et ils ont tous deux longuement parlé des traumatismes du passé qui sont responsables de ces cauchemars. Il a calmé l’enfant et l’a amené à comprendre qu’il est désormais en sécurité et que son père qui se trouve à Gaza ne peut plus lui faire aucun mal.

Il lui a expliqué qu’il a un Père bon et miséricordieux dans les cieux, un Père qui le protège jour et nuit, et il lui a même procuré un livre de Psaumes que l’enfant place chaque nuit sous son oreiller pour se rassurer et se souvenir que D. veille sur lui en permanence.

« La nuit même », raconte la mère, « pour la première fois depuis des années, mon fils a dormi paisiblement, sans se réveiller ! ».

Elle a ajouté que son fils s’était également montré plus calme durant la journée, et que les rencontres avec son éducateur lui redonnaient de la vitalité et le rendaient plus joyeux.

Elle a adressé ses remerciements à Yad Lea’him pour cette magnifique initiative, et pour le fait que les activistes de l’organisme l’ont non seulement sauvée de l’enfer de Gaza, mais continuent à prendre soin d’elle et de ses enfants plusieurs années plus tard, en organisant à leur intention des excursions et des Chabat pleins, et en prodiguant aux enfants un soutien psychologique et spirituel.