Une mère et ses quatre enfants sauvés d’un village arabe

Dans les bureaux de l’organisme Yad Lea’him à Bnei Brak, on a l’habitude d’assister à des scènes qui semblent tirées tout droit d’un film ou d’un roman d’action. Mais la détresse de l’homme qui est arrivé ce mardi 10 août et qui a supplié de rencontrer le plus vite possible le président de l’organisme, le rav Chalom Dov Lifschitz, a vite persuadé les hommes de l’organisme que quelque chose de très grave était en train de se passer.

Et lorsqu’il a expliqué au Rav Lifschitz ce qu’il vivait depuis huit ans, tout le monde a compris pourquoi.

Sa sœur a quitté le foyer il y a huit ans pour se marier avec un Arabe palestinien qui l’a installée – ou plutôt, enfermée – dans une maison située dans un village placé sous autorité palestinienne. Au cours de ces années, elle a eu quatre enfants.

Mais pourquoi ce brusque appel au secours ? Pourquoi cet empressement soudain du frère? Il s’avère que sa sœur avait repris contact avec lui, qu’elle lui avait raconté l’enfer qu’elle vivait et son désir ardent de s’enfuir. Mais surtout, il se trouve que les prochaines 24 heures étaient cruciales : cette femme, emprisonnée de jour comme de nuit dans sa maison, avait reçu l’autorisation de sortir le lendemain, mercredi, pour procéder à un achat urgent. Elle avait le droit de prendre avec elle trois de ses enfants, mais le dernier devait rester sur place pour servir d’otage et lui faire passer l’envie de profiter de cet instant de liberté pour quitter son mari.

Il fallait donc agir, et vite. Le mari sera absent et l’occasion ne se représentera peut-être pas.  « J’ai beaucoup entendu parler de Yad Lea’him et je suis persuadé que vous êtes les seuls à pouvoir m’aider », a expliqué le frère.
Quelques minutes plus tard, tous les membres du département de sauvetage de Yad Lea’him se sont rassemblés dans le bureau du rav Lifschitz. Il fallait prendre des renseignements, établir un plan, et analyser tous les détails le plus rapidement possible.

Ainsi, moins de douze heures après l’arrivée en catastrophe du frère dans les locaux de l’organisme et après une série de miracles, la mère et ses quatre enfants ont été libérés du village arabe au terme d’une opération digne d’un commando. Durant tout le temps qu’a duré l’opération, des Téhilim ont été lus et des prières ont été organisées pour sa réussite.

C’est grâce à l’aide de plusieurs Palestiniens dont l’identité ne peut bien entendu pas être révélée, que la famille sauvée a réussi à atteindre le barrage militaire qui indiquait la fin de son calvaire et son rapatriement en territoire israélien.

La famille a ensuite été transportée vers un appartement secret situé au centre du pays. C’est là que la mère a retrouvé ses frères, pour la première fois depuis huit ans. Inutile de décrire l’émotion qui régnait à ce moment-là. Cependant, afin d’éviter une réaction violente et imprévisible du mari, il a été décidé que la mère et ses enfants ne resteraient pas en Israël et voyageraient le plus vite possible à l’étranger.

Il était 1h du matin lorsque Haïm Tirer, de l’agence de voyages ‘Tassim Le’haïm’, a reçu un coup de fil de Yad Lea’him : « Je m’excuse pour l’heure tardive, mais c’est une question de vie ou de mort. Il me faut immédiatement cinq billets d’avion pour l’Amérique du Sud », lui a-t-on expliqué. Avec l’aide de D.ieu, ‘Haim est parvenu à trouver cinq places dans un avion qui partait le lendemain, jeudi, dans l’après- midi. Les billets ont été payés par Yad Lea’him.

Jeudi matin, le Beth Din de Tel Aviv s’est réuni en session extraordinaire pour confirmer la  judaïté de la mère et de ses quatre enfants. Leur appartenance à la religion musulmane fait désormais partie d’un douloureux passé. Le certificat à peine en main, la famille s’est rendue au Kotel pour remercier Hachem pour les miracles qu’Il a accomplis en leur faveur au cours des dernières 24 heures par l’intermédiaire de Yad Lea’him.

L’après-midi est arrivée. Une mère et ses enfants ont quitté le pays qu’ils ont toujours connu pour une destination lointaine qui sera la première étape d’une vie nouvelle… Ainsi, cinq membres du peuple juif ouvrent une nouvelle page de leur vie, une page vide de menaces, de brutalité, de violence, une page pleine de chaleur, de soutien, d’espoir et de Torah.